Voyage à Lougansk en UKRAINE - août 2000

|   LOUGANSK

Participants : Mickaël, Pierre & Jacqueline B., Marcel & Huguette G., Edouard G. ;

Véhicule : Semi-remorque Volvo 32 t

  

       

Ce voyage avait pour but d'apporter de l'aide humanitaire à Lougansk (complètement à l'Est de l'Ukraine).

Tout au long de l'itinéraire, nous avons pu visiter différents frères et soeurs, à Budapest, à Moukatchevo ou encore à Soumy.

Les marchandises apportées ont semblé bien insuffisantes par rapport aux besoins des personnes de Lougansk.

 

Compte-rendu de ce voyage :

Ce voyage semblait bien compromis : d'une part, le départ prévu le 9 août ne pouvait être repoussé ; d'autre part, une autorisation spéciale et absolument indispensable devait être délivrée à partir de cette date. Que choisir ? Nous avons décider, malgré tout, de partir. De plus, les visas ne sont arrivés que... le 9 à 11 heures. A midi, nous étions en route !

L'itinéraire de ce voyage était le suivant : Valence - Tunnel du Fréjus - Milan et Udine (I) - Villach et Graz (A) - Rabafuzès (douane) et Budapest (H) - Chop (douane), Moukatchévo, Lvov, Loutsk, Rovno, Kiev, Kharkov et Lougansk (UA) ; retour par Kharkov, Soumy, Kiev, Rovno, Lvov...

Après une journée de route, nous voilà immobilisés à Graz pour une panne de boite à vitesse. Mais la main de Dieu a tout prévu et tout dirigé. En effet, un garage Volvo (marque du camion) se trouvait, comme par hasard, à environ 5 km. Une journée et demie d'arrêt nous a permis d'effectuer la réparation.

 

Arrivés vers 5 h. du matin, le samedi 12 août à Budapest, nous avons passé le week-end chez Joseph SZABO.

Le lundi 14, nous sommes arrivés à la douane ukrainienne à 14 h. pour n'en repartir que le lendemain à 13 h. après les tracasseries (pâtes) et les formalités habituelles. Là aussi, la main divine était déjà intervenue avant notre arrivée pour solutionner un problème d'enregistrement qui aurait dû, logiquement, nous empêcher de partir le 9 août : il n'a même pas été question de ce problème. (La bénédiction divine reposait réellement sur ce voyage, notre Dieu est fidèle, et Il ne déçoit jamais la foi).

Avant le grand départ pour l'est, nous avons fait une étape chez Vasil à Moukatchevo, où nous avons pu prendre en charge un lot de livres, calendriers, traités, ... (GBV) pour Lougansk.

 

Le mercredi 16, c'est donc le départ pour Lougansk, en passant par Loutsk pour y déposer quelques colis dans une famille. Nous arrivons le vendredi 18 à 10 h. à Lougansk. Les formalités douanières et le déchargement s'effectuent le jour même. Le retour est fixé au lundi après-midi, en passant par Soumy (nord de l'Ukraine), pour y déposer des colis réservés dans une famille de 11 enfants.

Nous arrivons à Moukatchevo le mercredi 23 à 19 h. Le lendemain, après être passés à la douane ukrainienne sans difficultés particulières, nous arrivons à Budapest, et nous passons un nouveau week-end chez Joseph Szabo (3 jours).
Le lundi 28 débute la dernière étape de ce voyage et arrivons à Valence, sans difficultés, le mardi 29 vers 17 h.

Au cours de ce voyage, nous avons pu voir et apprendre beaucoup de choses, et ainsi bien mieux comprendre tout ce que nous avions entendu ces dernières années. Tout était nouveau pour nous : voir des photos ou des films sur l'Ukraine, c'est une chose et c'est déjà bien ; se rendre compte sur place, respirer les fumées des hauts fourneaux, c'est bien autre chose et bien plus convaincant.

 

A Budapest, nous avons pu avoir une petite idée du travail admirable effectué par Joseph et Eva Szabo : recevant des jeunes (et des moins jeunes) en difficulté, ils essaient, avec l'aide du Seigneur, de les réinsérer dans la vie : toutes ces personnes ont eu une jeunesse et une vie difficiles : orphelinats, maisons de correction, drogues, alcool, vols, prison... Et à leur sortie, sans ressource ni famille, l'engrenage sans fin reprenait.

Dans ce foyer chrétien, elles peuvent travailler (menuiserie, électricité, horticulture, légumes...) et ainsi apprendre ou réapprendre à vivre normalement.

Elles peuvent aussi (et n'est-pas le plus important ?), apprendre à connaître Celui qui est la Vie, le Seigneur Jésus. Beaucoup ont été amenées à faire un demi-tour irréversible dans leur vie et sont ainsi devenus de vrais enfants de Dieu. Mariés, pères ou mères de famille stable, ils sont un témoignage vivant pour ceux qui viennent après eux.

 

En Ukraine, nous avons pu constater, dès le passage de la frontière, une nette détérioration du niveau de vie par rapport à la Hongrie. Et l'est de l'Ukraine est encore beaucoup plus pauvre que l'ouest.

La situation économique de ce pays est stagnante, il n'y a pas de "démarrage" économique visible. Les usines paraissent être à l'abandon, les routes sont mal entretenues, et les salaires de misère versés avec plusieurs mois de retard rendent la vie difficile

Pour la vie journalière, la population ne peut que se contenter de peu, qu'il s'agisse des transports ou du confort des maisons, assez surprenant pour un occidental.

Dans leur vie spirituelle, nous avons pu constater chez ces chrétiens, (et ce, malgré la grande barrière de la langue russe), beaucoup de ferveur dans les réunions, (les cantiques, par exemple, sont chantés avec beaucoup d'ardeur). L'amour de Dieu, placé dans leur coeur, se voit continuellement et concrètement. La solidarité entre chrétiens ne fait pas défaut, et un accueil chaleureux est garanti à tout chrétien étranger.

Chez ces amis, le matérialisme de notre Europe est encore inconnu, et les coeurs et les pensées semblent bien tournés vers les valeurs vraies et fondamentales enseignées par la Bible.

Tous les chrétiens rencontrés, (à Budapest, Moukatchevo, Loutsk, Lougansk, Soumy), nous ont chargés de transmettre leur profonde reconnaissance à tous leurs frères et soeurs français : ils remercient tous ceux qui donnent les marchandises, (chaussures, habits, nourriture), y compris les sociétés françaises qui font des dons importants.

 

Ils remercient également tous ceux qui s'occupent de collecter ces marchandises, qui les trient, qui achètent, qui participent d'une manière générale au bon acheminement de ce qui leur est si nécessaire : ils remercient donc tous ceux qui travaillent pour eux sans les connaître mais avec beaucoup d'amour.

A cette reconnaissance, s'ajoute celle de tous les pauvres qui seront ainsi aidés et mis en contact avec l'Evangile. A tous, ils adressent leurs plus chaleureuses salutations.

Merci de prier pour ces frères et soeurs dans le besoin et pour tout le peuple ukrainien qui n'a ni espoir ni avenir, ainsi que pour tous ceux, qui en France, préparent les envois. Merci aussi de prier pour que la main du Père repose en bénédiction sur les convois, afin qu'ils soient gardés d'accidents et pannes graves, de rencontre difficile et que les passages aux frontières s'effectuent sans trop de difficultés.

Retour