Voyage à Karkov et Brianka en UKRAINE - septembre 2006

|   BRIANKA

Participants : Yves-Alain Z. (Partage +), Jean-Pierre G. (Espoir et Vie) ;

Véhicule : Semi-remorque de Partage Plus

                                                                                                   

Ce voyage pour KARKOV et BRIANKA s'est effectué avec l'association humanitaire Partage Plus. Deux chauffeurs sont partis avec le camion de Partage Plus.

Nos amis chauffeurs sont bien arrivés hier (jeudi 05/10 vers 14h) au siège de Partage Plus à Saint-Paul Trois Châteaux. Tout s'est bien passé pour cette dernière journée de voyage.

Remercions maintenant le Seigneur pour son aide et sa protection tout au long de ce voyage ...

 

Compte-rendu de ce voyage :

Cette année, le contexte est différent :

D’une part il y a le passé que l’on ne peut oublier en allant dans cette région, et d’autre part, le transport a été confié à Partage Plus.

Mais devant la charge supplémentaire que Espoir et Vie demande à nos amis, ceux-ci ont fait une requête d’accompagnement afin de soulager le chauffeur de Partage Plus dans la conduite du véhicule et d’assurer les contacts avec les familles amies sur le parcours et avec les Eglises où nous devons décharger.

Le départ est donc fixé, le samedi 23 septembre dans l’après midi à St-Paul Trois Châteaux, siège de Partage Plus. Nous partons donc à deux : Yves Alain Z. et Jean-Pierre G..

 

Le trajet

St-Paul, Nice, Gènes, Venise, Tarvisio (frontière Italie-Autriche), Graz, Rabafuzes (frontière Autriche-Hongrie), lac Balaton, Budapest, Chop (frontière Hongrie-Ukraine), Mukatchevo, L’Viv, Kiev (Kviv), et enfin Kharkov (Xapkib dans la langue locale !). Retour par le même itinéraire, soit 6772 km au total très exactement !

Un trajet effectué sous le soleil, avec des températures clémentes (de 11° la nuit à 23° le jour). Pas d’incident à déplorer grâce à Dieu si ce n’est un temps d’attente important en douane d’entrée en Ukraine (à Chop) : 11 heures, de 19h à 6h du matin. Cela est dû à une forte affluence de camions. Affluence que nous retrouvons sur les routes d’Ukraine : de nombreux camions biélorusses, russes, slovaques, roumains, ukrainiens… (pas d’européens encore).

Les routes construites sur des sols mal empierrés résistent très mal à ce nouveau trafic ! De nombreux chantiers sont en cours pour refaire l’enrobé mais sans toutefois s’attaquer au soubassement. De ce fait on a l’impression de rouler sur des tôles très ondulées : les mécaniques souffrent mais aussi les hommes…. Le trafic de plus en plus dense rend le franchissement des villes très long (3 heures pour traverser la capitale Kiev).

Les camions roulent vite et sur des routes à double sens, comme dans les montagnes des Carpates, les chauffeurs doublent en franchissant la ligne blanche même dans les virages sans visibilité ! Les accidents sont nombreux et souvent très meurtriers.

La police est présente, mais elle ne sanctionne que les excès de vitesse !

 

A Kharkov

Après 5 jours de voyage, un accueil plus que chaleureux, émouvant même, avec le pasteur Slavic, son gendre qui assure les formalités douanières, Zinaïda notre interprète, et avec l’ensemble de l’église qui nous a soutenu par ses prières.

Un grand merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour le déchargement sans oublier nos dévouées sœurs qui assurent l’intendance des équipes de travail dans la construction de l’église commencée il y a 6 ans, mais aujourd’hui en voie d’achèvement.
En attendant, ils se réunissent dans une autre église de la ville qu’ils partagent avec un autre rassemblement de chrétiens, chose courante dans ce pays.

Après des formalités douanières rapides, le déchargement s’est effectué en 3 heures, sous la surveillance des douanes. L’ensemble de l’apport a été stocké dans le sous-sol de l’église.

 

Le retour

A signaler un incident technique sur la remorque, 250 km avant la frontière Ukraine-Hongrie. L’état de la route a eu raison de notre remorque qui a laissé choir ses bonbonnes d’air comprimé sur le sol, et elles sont vitales pour le freinage !

A ce moment là nous roulions peu vite et un arrêt rapide est possible ; mais nous constatons qu’une bonbonne est percée et fuit.

Heureusement l’ensemble des flexibles n’est pas détérioré. Après une réparation de fortune pour fixer à nouveau le matériel avec des sangles, nous devons redoubler d’ingéniosité pour boucher la fuite car notre remorque a les freins bloqués : alors bouts de tuyaux, serflex mis bout à bout (il en faudra 7 !), tout cela négocié dans une station !

Nous repartons vers Moukatchevo où un frère de l’Eglise possède une entreprise de transports et pourra souder et réparer les dégâts.

Ce contre temps va nous permettre de passer le dimanche à Moukatchevo, reçus par Vassia et Tamara chez qui l’accueil est toujours exceptionnel et nous pouvons participer aux réunions de l’église locale.

Le lundi matin, départ vers midi, avec notre camion réparé. La douane de Chop n’est pas loin, mais nous n’en sortirons que vers 20h30 car une bonne centaine de camions nous précède… On apprend la patience !
Nous profitons de notre passage à Budapest le lendemain pour saluer Josef et Eva Szabo toujours heureux d’avoir des nouvelles de la France et qui nous chargent de saluer tous les amis.

Les derniers pays sont franchis sans problèmes sur des autoroutes chargées et ponctuées de nombreux travaux.

 

Nos impressions

Toujours contents d’arriver à bon port après un tel périple, remerciant le Seigneur pour sa présence continuelle et vous remerciant pour vos prières qui nous ont encouragés et soutenus tout au long de ce voyage.

Nous retenons particulièrement l’affection que nous avons trouvée dans l’église à Karkov, une affection renforcée à la suite des événements de l’automne passé.

Combien ils étaient heureux de nous revoir et reconnaissants pour ce nouveau voyage vers eux.

Ils nous ont demandé de saluer tous ceux qui ont à cœur de donner, trier, préparer, charger, acheminer ces marchandises. Soyez assurés qu’ils prient beaucoup pour vous tous qu’ils ne connaissent pas mais ils attendent comme nous ce moment très proche où plus rien ne nous séparera.

 

Quelques lignes de Zinaïda

Suite au voyage de septembre, voici un extrait d’un mail adressé à Jean G. :

"Je te demande pardon de ne pas t’avoir répondu tout de suite, mais j’avais beaucoup de problèmes dans mon informatique : un "pirate" s’y était introduit et a pu détourner une certaine somme de notre compte et il voulait continuer à le faire !

C’est pourquoi tout a dû être bloqué avec l’impossibilité de travailler quelques jours.

Quelques précisions concernant votre dernier convoi :

  • Jeudi dernier, Sergueï de Brianka est venu et a reçu les 250 colis de vêtements chaussures et autres qui leur étaient destinés, ainsi que l’argent prévu pour le transport de Karkov à Brianka. (cette fraction pour nos amis de Brianka était prévue dans notre apport. N.D.L.R)
  • Sergueï Trosenko est de même aussi passé à Karkov pour prendre ses cartons.

Jean je dois te dire combien nous sommes reconnaissants pour votre aide. Dans ces cartons, j’ai trouvé les vêtements, les chaussures pour toute ma famille : pour Victor, pour moi, pour Olga. Dis un grand merci à tous ceux qui nous font ces présents !

Juste quelques mots sur la politique et la situation économique dans notre pays : les prix sur le confort moderne augmentent beaucoup :

  • L’eau froide coûtait 0,95 grivnias ; elle coûtera 1,65 grivnias
  • L’eau chaude coûtait 3,65 grivnias ; elle coûtera 8,72 grivnias
  • Le gaz coûtait 0,27 grivnias ; il coûtera 0,45 grivnias.

Mais les salaires et les pensions, eux n’augmentent pas ! Je continuerai à te tenir au courant de nos affaires.

Nos salutations en Jésus Christ."

 

P.S. - Une précision concernant les produits d’hygiène pour les prisonniers :

Au début de l’année 2005, nous avions fait un appel pour constituer des colis de produits d’hygiène à destination des prisons ukrainiennes et russes. Vous avez été nombreux à y répondre !

Ceux destinés à l’Ukraine ont été acheminés normalement alors : prisons de Marioupol et Brianka.

Ceux destinés à la Russie n’avaient pu l’être. Nous les avons inclus cette année dans ce voyage de Kharkov en septembre/octobre 2006.

Sergueï Trosenko, notre ami visiteur des prisons russes, vient de récupérer les colis qui lui étaient destinés au cours des week-end des 11 et 18 novembre 2006 : environ 50 cartons de savon, brosses à dents, peignes, enveloppes, papier à lettres et stylos… (soit 600 kg).

Retour