Voyage à Dunakeszi en HONGRIE - novembre 2002

|   DUNAKESZI

Participants : Guillaume P., Sohbi M. et Christophe G. ;

Véhicule : Camion Volvo 26t

              

                

Ce voyage pour DUNAKESZI se composait du camion Volvo.

Il acheminait l'aide habituelle : vêtements, nourriture, chaussures, divers, ... à l'association humanitaire Espérance Vivante chez Josef et Eva Szabo.

Il n'y a pas eu de problème particulier.

 

Compte-rendu de ce voyage :

But du voyage : Une aide matérielle et alimentaire souhaitée par Josef Szabo

Le voyage : Rien de bien particulier. La douane hongroise de Rabafuzes à l'aller demande seulement de la patience (attente de 4 heures). Quelques papiers sanitaires ne sont pas conformes et des documents officiels nous sont remis pour de prochains voyages. L'arrivée chez Josef est de ce fait un peu tardive, mais toujours aussi chaleureuse.

Le dédouanement se fait à une dizaine de kilomètres de Dunakészi. Il est devenu plus rigoureux car, d'après Josef, le gouvernement hongrois essaie d'éradiquer la corruption. Habituellement le contrôle était très superficiel grâce à la confiance instaurée entre les services de douane et Josef. Mais cette fois il a fallu ouvrir des cartons de chaussures pour visualiser notre déclaration du terme : "80%" !

"80%" veut dire que ces chaussures ont une valeur estimée à 80% du neuf. Mais le douanier interprétait un apport de 80% de chaussures usagées et de 20% de chaussures neuves ! il a fallu éventrer plusieurs cartons pour prouver qu'il n'y avait que des chaussures usagées.

Le contrôle paraissait terminé quand le douanier a relevé sur le document de déclaration : 3 cartons de pansements. Et il veut les inspecter. Dilemme ! Ou se trouvent-ils dans le chargement ? Josef a essayé de faire comprendre au douanier que ce n'était pas très facile de retrouver ces 3 cartons parmi 578 autres ! Après 5 heures de ces tracasseries, nous avons pu entreposer tout notre chargement dans une des serres de Josef.

Une fois le camion vidé, nous avons rendu à Josef le service habituel : transport de palettes en bois hors service fournies par un frère responsable dans une centrale d'achats de Budapest vers les installations de chauffage des serres.

Le retour vers la France s'est passé sans problème. A noter toutefois la création d'une taxe liée aux kilomètres parcourus en Hongrie.

 

La vie chez Josef et Eva

Josef s'est donné pour tâche de récupérer des personnes en difficulté (ex-prisonniers, drogués, ...) pour les amener à une nouvelle vie en Christ et les insérer dans la vie active. Ce travail prend beaucoup de temps : 2, 3, voire 4 années. Un gros travail de fond dans tous les domaines. Certains prisonniers sont déjà convertis quand ils arrivent, car un remarquable travail d'aumônerie a déjà été fait et le temps d'insertion peut être plus court. Reste la continuité et les éventuelles rechutes... Certaines personnes se sentent déjà guéries ; elles décident de voler de leurs propres ailes et finissent par revenir car elles ont quitté le nid trop tôt.

3 cas actuels parmi d'autres :

  • Zoli : un garçon de 28 ans. Tout petit, il est déjà bagarreur, violent, voleur. Il a déjà passé 9 ans de sa vie en prison ; il est très connu des services de police. Il est bien convaincu qu'il a gâché sa jeunesse. En prison il s'est converti et a décidé de vivre avec Jésus-Christ dans son coeur.
  • Monika : une fille qui a connu la drogue. Après un premier séjour chez Josef, elle a fait une rechute (fausse déclaration d'heures de travail). Dans le monde actuel qu'elle a découvert, elle croyait pouvoir vivre seule sans Jésus-Christ. Son retour est pour Josef un soulagement et Monika pourra rester dans cette maison familiale autant qu'elle le voudra.
  • Thomas : ce garçon a 22 ans. Il était voleur et il connaît des problèmes d'ordre psychique. Ses parents ont contacté Josef pour qu'il prenne leur fils en charge. Thomas est arrivé récemment et ne connaît pas encore le Seigneur. Il a 15 jours pour réfléchir : rester ou partir de cette maison. Il est en attente de jugement ; il sera sans doute condamné à des travaux généraux et évitera la prison.

Ainsi va la vie chez Josef, Eva, et leurs trois enfants...

Retour