Voyage à Dunakeszi en HONGRIE et à Moukatchevo en UKRAINE - novembre 2004

|   DUNAKESZI

Participants : Marcel G. et Jean-René L. ;

Véhicule : Camion-remorque F12 40T



                

Ce voyage avait deux destinations : la remorque pour BUDAPEST (en Hongrie, chez notre correspondant Joseph Zsabo) et le camion pour Moukatchevo (en Ukraine de l'ouest, chez notre correspondant Micha).

La remorque contenait des appareils électroménagers, matelas, un lit médicalisé, fauteuils roulants, ordinateurs, vêtements, chaussures, lessive, sièges enfants.

Le camion transportait des vêtements, chaussures, lessive, mais aussi des vélos et des chaises.

Les voyageurs sont arrivés à Valence jeudi soir (19/11). Ils n'ont pas eu de panne, à part une batterie déchargée un matin au départ.

 

Compte-rendu de ce voyage :

Aura lieu ? N’aura pas lieu ?
Un voyage qui a mis plus de 8 jours à démarrer après la date programmée.

Retard de la commission dans la capitale ukrainienne chargée d’agréer notre certificat de donation.

Retard du consulat d’Ukraine à Paris chargé d’établir les visas d’entrée. Une semaine donc d’attente un peu perturbante pour l’un des deux convoyeurs encore en activité !

Mais le mardi 9 novembre, à 9 heures, les visas sont entre nos mains et à 10 heures, c’est le départ.

Pour rattraper le temps perdu, nous roulons non-stop jusqu’à 3 heures du matin ! Un peu de neige après Fribourg en Allemagne, mais rien de vraiment gênant, et le mercredi vers 17 heures, nous sommes à Budapest.

Ce dernier voyage de l’année 2004 avait un triple but :

  • Déposer le contenu de la remorque à Budapest et le mettre à la disposition de notre ami Josef Szabo qui gérera cela au vu des besoins qu’il rencontre dans ses activités en Hongrie.
  • Déposer le contenu du camion à Moukatchevo, en Ukraine de l’ouest, où nous n’avions rien apporté depuis le début de l’année.
  • Aider Josef Szabo en nous mettant à son service pour transporter plusieurs tonnes de bibles et littérature chrétienne depuis Budapest vers la zone de Roumanie où l’on parle hongrois.

La première mission (mise en place de la remorque près de l’entrepôt de Josef) a pu se faire dès notre arrivée à Budapest.

La seconde mission se fera le lendemain. A 6 h du matin nous faisons route avec le camion seul vers la bien connue frontière ukrainienne de Chop.

L’infatigable Vassia est là pour nous assister. L’absence de produits alimentaires facilite le passage et le soir nous arrivons à Moukatchevo.

Vendredi 12 va être une journée de négociations avec la douane car dans le contenu de l’apport il y a un "poêle à mazout" usagé pour le garage de Vassia. Cet article pose un véritable problème aux douaniers.

Mais vers 21 heures, le feu vert est donné. Ce malheureux appareil est enfin agréé sur le sol ukrainien ; et qui plus est, l’autorisation de déplomber le camion sans la présence d’un douanier, ce qui est une première à Moukatchevo. Une fois de plus, la main du Seigneur.

 

Nous recevons là quelques nouvelles encourageantes. Il s’agit de Victor GACA et de sa famille (3 enfants dont un handicapé).
Nous l’avions aidé pécuniairement il y a quelques années.

Cela avait permis à sa fille aînée de poursuivre des études d’infirmière et aujourd’hui elle a un emploi.

Victor qui était électricien n’avait à l’époque que du travail temporaire. Il s’est perfectionné en informatique et maintenant il a une situation professionnelle et un salaire très corrects.

En raison du voyage programmé en Roumanie, nous n’avons pu rester le dimanche en Ukraine.

Ce jour là, on inaugurait un local de réunions d’environ 60 places dans un village proche : à RAKOTCHENO, c’est là que demeure notre interprète et amie Ibolya.

 

Retour donc à Budapest.

Reste donc la troisième mission de notre voyage : la Roumanie.

Pour commencer, le camion ne veut plus démarrer : une batterie hors service ! Heureusement un magasin d’accessoires est à proximité et possède l’objet ad hoc.

On procède au chargement de 10 palettes de Bibles et littérature chrétienne et après 10 heures de route, avec Josef qui nous accompagne, nous arrivons au milieu de la nuit à CLUJ, le lieu de déchargement.

Le lendemain de 8h à 14h est absorbé par des formalités de douane car un papier manque à l’appel ! Le déchargement est toutefois autorisé mais on nous avertit que le passage au retour à la frontière roumano-hongroise risque d’être difficile. Il n’en a rien été. Merci Seigneur.

Quelques nouvelles de chez Josef et Eva :

  • leur fille Anna s’est mariée le 4 décembre.
  • toujours des situations complexes, voire quasi dramatiques qu’ils doivent gérer dans le cadre de leurs activités.

Un exemple parmi d’autres : Zoly. Après un premier séjour chez Josef, il avait travaillé dur en maçonnerie, fondé une famille de 4 enfants, construit une maison.

Et puis il s’est laissé attiré par les jeux d’argent jusqu’à ne plus rien rapporter au foyer. Sa femme n’a plus pu le supporter et il a donc erré quelque temps et finalement dans le dénuement le plus complet, il s’est présenté chez Josef et Eva qui lui ont ouvert à nouveau leur porte.

Ils devront aussi s’occuper de cette famille maintenant sans ressources.

Retour