Voyage à Berkovitza en BULGARIE - mars 2005

|   BERKOVITZA

Participants : Jean G., Georges J. ;

Véhicule : Camion-remorque Volvo 40T

 

Ce premier voyage de l'année 2005 avait pour destination BERKOVITZA en Bulgarie, avec le camion-remorque Volvo 40 tonnes.

Il était composé de vêtements, chaussures, couvertures et draps, vélos, lessive, vaisselle, matériel médical et littérature chrétienne.

Les voyageurs sont arrivés hier matin (18/03) à Valence sans avoir rencontré de soucis.

 

Compte-rendu de ce voyage :

But de notre voyage

Pour la 6ème année consécutive, nous avions décidé d’apporter une aide humanitaire à nos correspondants de la région de Berkovitza où Joël CHIRON et son épouse Camélia sont missionnaires depuis plus de dix ans.

Ce sont donc 19 tonnes que nous avons transportées depuis Loriol : vêtements, chaussures, couvertures, draps, vaisselle, chaises, matelas, vélos, ainsi que plusieurs cartons de littérature chrétienne en langue bulgare toujours très appréciée : Bibles, Nouveaux Testaments, Evangiles, traités évangéliques…

 

Le voyage

Le voyage à l’aller avait bien commencé, et cela jusqu’à la sortie de la Croatie. Mais à l’entrée en Serbie, un document officiel mal daté à un endroit (et bien que ce même document comporte en d’autres endroits des dates correctes infirmant celle erronée) nous bloque. Nos pourparlers n’émeuvent pas le douanier qui nous somme tout simplement de faire demi-tour !

Nous voilà donc pour trois jours sur un parking, entre la frontière croate et la frontière serbe, où nous allons avoir du temps pour réfléchir, méditer, prier, tandis qu’Edouard G. débrouille l’affaire avec les autorités françaises à Lyon et une éventuelle messagerie internationale. En définitive c’est Edouard lui même, qui nous apportera sur place le précieux document, en prenant au passage Joël Chiron, qui se trouvait précisément à ce moment là en France. Ainsi, avec le papier rectifié et l’aide de Joël pour la communication, la Frontière serbe s’ouvre assez rapidement et nous arrivons sans difficulté majeure à Berkovitza.

Merci encore à Edouard qui a dû faire ce si long voyage. Merci par dessus tout à notre Dieu qui nous a gardés et délivrés de notre fâcheuse position.

 

A Berkovitza

Nous recevons toujours un très bon accueil de la part de nos amis chrétiens. Ils attendent notre aide, mais aussi notre visite.
Le dédouanement et ses formalités administratives se font à SOFIA où nous allons avec camion et remorque (180 km par une bonne route). C’est "l’Agence pour l’aide humanitaire en Bulgarie" (organisme gouvernemental) qui a été cette fois-ci notre intermédiaire (en remplacement de la Croix Rouge Bulgare) auprès des services douaniers. Tout s’est très bien passé.

Le déplombage et le déchargement au retour à Berkovitza se sont fait sous le contrôle de deux personnes de cette agence, et la totalité de notre apport est revenue à nos correspondants. Ces deux inspecteurs souhaitent nous revoir pour un prochain voyage humanitaire que nous nous proposons de faire à l’automne, en Bulgarie du sud cette fois, si Dieu le permet.

Nous sommes reconnaissants à notre Dieu pour le dénouement heureux de ce voyage, et pour la perspective de formalités facilitées dans ce pays de façon à pouvoir encore aider nos frères et sœurs là-bas ainsi que les gens qui les entourent.

 

Une « méditation de parking » de Georges

3 jours d’attente sur un parking : une expérience de plus parmi d’autres !! C’était encore l’hiver. De la neige au sol. Pas grand chose à voir si ce n’est cinq arbres sur le parking qui paraissaient tout secs, sans feuilles ni fruits.

Et je me suis dit en les considérant : Suis-je tel ? Les autres que reçoivent-ils de nous ? Où sont les fruits que je porte pour que les autres les cueillent ?

Les saisons sont pour les arbres, mais pas pour nous. Nous sommes là sur ce parking. Il y a le froid, les contretemps ; mais il nous faut être des feuilles, des fleurs, des fruits pour les autres. Cela vaut mieux que d’être inquiet. Remplir la vie des autres, c’est le sens de notre vie, le sens unique.
Tout ce qui restera un jour, c’est ce que nous aurons mis dans la vie des autres : famille, église, voisinage, Bulgarie…

1ère épître de Jean ch 3 v 16 : "Par ceci nous avons connu l’amour, c’est que lui a laissé sa vie pour nous ; et nous, nous devons laisser nos vies pour les frères" et le Seigneur a dit à ses disciples : "témoins jusqu’aux extrémités de la terre".

Un voyage rude pour nous les chauffeurs, mais, avec vous tous, frères et sœurs bénévoles dans l’ombre, nous avons, ensemble, un peu rempli la vie de nos frères et sœurs de Bulgarie, avec l’aide de notre Seigneur.

 

Quelques informations

La situation économique en Bulgarie ne s’améliore pas. Le chômage est élevé et les conditions de vie très difficiles pour les plus vulnérables : les sans-famille et les retraités.

A titre d’exemple : Nous visitons chaque année un couple de retraités qui reçoivent chacun 60 euros par mois, sans couverture sociale. Notre ami a dû être opéré pour une fracture du col du fémur, une opération réussie plutôt mal que bien moyennant 160 euros. Malgré tout, ils ne perdent pas confiance dans la grâce de Dieu.

Les chrétiens de Berkovitza que nous visitons ne manquent pas d’initiatives charitables. Ils ont ainsi créé dans des locaux attenants à leur salle de réunions :

  • une "soupe populaire" dont bénéficient environ 40 personnes, 4 jours par semaine.
  • un centre médical, gratuit pour les consultants, est ouvert chaque samedi.

Malgré ces difficultés de la vie courante, il y a un intérêt croissant pour l’écoute de l’Evangile et les possibilités ne manquent pas à Joël pour annoncer l’évangile dans des villes et villages de ce nord-ouest de la Bulgarie.

Tous nos frères et sœurs de Berkovitza remercient chaleureusement tous les donateurs de France.

Retour