Compte-rendu du voyage à Arkangelsk en novembre 2013

|   RUSSIE

Voyage à Arkangelsk résumé par Paul en nov. 2013 pour la visite de plusieurs prisons russes

     

3ème jour, nous allons à KOLMOGORI, où se trouve la colonie suivante. Nous nous sommes séparés chaleureusement de Nicolai Vassiliévitch, le pasteur, et un des frères.

Aujourd'hui nous devons parcourir 1200 km aller et retour pour visiter deux colonies. Les frères devaient prendre la décision : est ce que cela vaut la peine ? Le trajet de 1200 km est assez long et difficile. Mais les frères ont décidé d'y aller, parce qu'on a prié pour cette visite. Peut être on a besoin de notre visite, Dieu le sait. Nous verrons, ou peut être nous ne verrons pas... c’est l'Esprit de Dieu qui les dirige, nous pouvons seulement accepter.

C'était une épreuve pour nos frères, pas pour nous, les jeunes, parce que nous sommes conduits et nos frères sont plus expérimentés, où ils nous emmeneront, là nous irons.

Nous avons parcouru 90 km et nous voilà au village Kolmogori. C'est le village natal de Mikail Lomonossov. C'est d'ici qu'il est parti à pied pour Moscou. Pourquoi nous sommes arrivés dans cet endroit ? C'est ici que se trouvent les colonies. Après la vérification on nous a laissé entrer sur le territoire de la colonie. Après les salutations on a expliqué le but de notre visite. J'ai souri à un des Caucasiens qui assistaient à cette rencontre. Il a souri malicieusement. Puis nos regards se sont rencontrés de nouveau.

J'ai souri, il m'a répondu avec un sourire lui-aussi. C'était intéressant. Nous avons commencé à témoigner et à chanter – les gars se sont apaisés et écoutaient. Un jeune Arménien a attiré mon attention : il était grand, imposant, il se tenait dignement et il m'a paru intellectuel. Il a baissé la tête en écoutant et restait pensif. L'autre, peut être Daghéstanien, regardait fièrement, avec mépris.

Rouslan et Julie témoignaient... Vers la fin de notre rencontre nous avons commencé à distribuer des calendriers et les Nouveaux Testaments. Ce grand Arménien s'est approché de moi et nous avons fait connaissance. "Je m'appelle Samuel". Nous nous sommes serré la main. Il a dit que son prénom signifiait "entendu par Dieu". Dieu peut l'entendre réellement à condition qu'il s'adresse au Seigneur. En disant au revoir nous avons demandé : "Est-ce que nous pouvons prier pour vous ?" Ils ont répondu "Il faut prier". Je pense qu'ils comprenaient ce qu'ils disaient.

Dieu merci pour ce voyage ! Je remercie Dieu notre Père parce qu'Il a donné cette possibilité de venir dans cette colonie. Je ne le regretterai jamais, même quand je serai obligé de rattraper les cours que j'ai laissé passer !

Nous continuons notre route. Il nous reste encore 600 km. Ca prendra à peu près 10 heures. Tout le monde se repose. Tous sont fatigués. Julie s'est retournée et m'a proposé du chocolat. Est-ce que je peux refuser ? Je peux seulement dire "oui" des yeux et sourire ! C'est bon, le thé Nestea est délicieux pour faire passer le goût du chocolat.

 

4ème jour.

A KOTLAS, une jeune famille de missionnaires nous a donné asile. C'était une famille très sympathique : on plaisantait et on riait. Nous avons parlé jusqu'à deux heures du matin.

Le frère s'appelle Eugène. Il n'est pas originaire de Kotlas, il travaillait dans une autre ville. Il y est arrivé seul pour aider le pasteur et il est resté dans ce lieu. Pourrais-tu laisser tout et partir tout seul pour servir Jésus, non pas à l'endroit où tu veux, mais là où Il t'appelle ? C'est ici qu'il s'est marié. Il y a déjà 12 ans qu'il y sert comme pasteur. Eugène parlait de son meilleur ami qui a reçu une grave brûlure et a été obligé de rester à l'hôpital trois mois. Eugène l'a visité et l'a soigné pendant ces trois mois !

Qu'est-ce que tu peux sacrifier, toi, pour ton meilleur Ami ? Combien d'heures tu es prêt à sacrifier ? Est-ce qu'Il est ton Ami ? Est-ce que Jésus-Christ peut te considérer comme son ami ?

Le lendemain matin nous nous sommes réveillés, nous avons pris notre petit déjeuner et nous sommes partis pour la colonie du village KORIAJMA.

Aujourd'hui nous avons remarqué qu'un des pneus est crevé. Nous sommes arrivés dans un atelier de réparation pour automobiles. Après la réparation nous avons chanté aux ouvriers. Ils étaient très surpris et ils nous ont photographié. Nous leur avons donné des calendriers et nous sommes partis.

Nous avons parcouru 200 mètres et nous avons vu un autre atelier qui était plus moderne.

Cela veut dire que Dieu sait tout et fait tout d'une manière miraculeuse – il fallait avoir la panne et venir juste chez les premiers gars pour leur chanter des chants qui parlent de Jésus-Christ, dont ils n'ont jamais entendu parler.

Aujourd'hui c'est la deuxième colonie. Après les chants nous avons commencé à témoigner : la Parole de Dieu commence son travail. Tu vois que quelqu'un baisse la tête, l'autre baisse les yeux, il y a ceux qui te regardent fixement avec espoir et le coeur ouvert, attrapant chaque mot du chant ou du témoignage.

La Parole de Dieu est vivante et efficace ? – Bien sûr ! Veux-tu t'en persuader ? Alors visite une colonie et parle de Jésus-Christ à un homme, qui se méfie des personnes, qui a entendu assez de morale, comment il faut vivre... L'homme veut vivre purement et convenablement. S'il veut se convertir il faut lui montrer le chemin...

Les prisonniers prenaient volontiers la littérature, demandaient les adresses des centres de réhabilitation. Dans cette colonie nous avons rencontré un chrétien.

Nikolai Vassiliévitch, (il me semble qu'il est évêque de cette région), est arrivé dans la colonie avec nous. Il a l'humeur gaie. A l'entrée on m'a laissé passer et Nikolaï Vassiliévitch a été arrêté. Il nous a attendu patiemment deux heures au poste de contrôle.

Nous voilà sur le tracé qui mène à PLECETSK. Il est difficile de nommer ce trajet "tracé", parce que l'asphalte laisse à désirer : on a l'impression qu'il a été versé de l'avion sur des sentiers forestiers. Quand il n'y avait pas d'asphalte, nous ne pouvions avancer qu'à la vitesse de 20-30km/h. Le long du tracé il y a des panneaux routiers mal à propos. Comme par exemple, un panneau de limitation de la vitesse jusqu'à 60 km/h. C'est ridicule ! On est prêt de parcourir dans cette situation encore deux km de plus. Mais la route n'est pas terminée.

 

5ème jour.

Nous sommes arrivés à 5 heures du matin. Nous nous sommes arrêtés chez nos frères Roma et Pacha.

Nous sommes revenus de la colonie très fatigués. Nous nous sommes lavés, nous avons pris du thé et nous avons commencé à parler avec Roman. Il est intéressant. Il nous a raconté des évènements comiques de sa vie, et l'histoire de son mariage...

 

6ème jour.

Ce matin nous sommes partis à 4 heures pour continuer notre voyage.

A GERTSEVO : La colonie compte 1200 prisonniers. Le chef s'appelle Nasime. Son prénom signifie "constructeur". Mais il veut construire lui-même, il construit sans Jésus-Christ. Il est déjà fatigué de "construire". Il voit l'avenir d'une couleur sombre. Pas étonnant !

On nous a accueilli très chaleureusement. La réunion se passait dans la salle d'Avangarde où il y avait 800 places. Presque toutes les places ont été occupées ; à vrai dire, on a obligé les prisonniers à assister à cette réunion. Il y avait des mécontents qui faisaient voir leur mécontentement. Nous avons commencé comme d'habitude par nos chants consacrés à Jésus-Christ. Julie et Rouslane témoignaient de ce que Jésus-Christ a fait dans leurs vies. Sergei Mikaïlovitch a parlé de deux bandits qu'on avait cloué sur deux croix à droite et à gauche de Jésus. Il s'adressait à eux avec la question, de quel côté es-tu ? Sergey Trotsenko a raconté différentes histoires de sa vie.

Plus tard nous avons commencé de distribuer des Nouveaux Testaments et des revues chrétiennes. Un des prisonniers s'est approché en ce moment d'Ilya et a dit : "Merci pour votre visite ! Pendant tout ce temps quand vous nous adressiez votre parole, je priais pour vous ! Ne prêtez pas attention à ceux qui sont mécontents. Les gens ont besoin de ce que vous faites ! Nous avons appris plus tard qu'un des prisonniers s'est privé du repas pour pouvoir écouter la Parole de Dieu. C'était vraiment un sacrifice. Est-ce que la Parole de Dieu est présieuse à tes yeux ? Est ce qu'elle vaut le repas ; qu'en penses-tu ?

Un des prisonniers s'est approché de Sergey Trotsenko ; il peint des icônes. Un prêtre lui a dit que Dieu pardonnait ses péchés pour cela. Sergey a dit : "On t'a trompé." Et il a expliqué en détail comment on peut recevoir la grâce. Dans quelques minutes un autre prisonnier s'est approché du peintre d'icônes et a dit, qu'il avait lu que celui qui était dans la colonie recevait automatiquement la grâce pour ses péchés. "Où tu as lu ça ?" – a demandé Sergey. "J'ai pensé, moi aussi, que c'est comme ça. Mais maintenant je sais qu'il faut prier Jésus de nous pardoner," - a dit le peintre d'icônes. De cette manière un prisonnier a témoigné à un autre. A la fin de la réunion les gars s'approchaient pour parler avec nous. Nous faisions connaissance, laissions les adresses des centres de réhabilitation. Je questionnait les gars en demandant s'il fallait prier pour eux. Ils me regardaient avec étonnement et disaient qu'il fallait prier pour eux. Ces yeux, ces regards, il faut les voir ! Mon Dieu, que je n'oublie jamais de prier pour ces gars !

A VELSK : Dieu a disposé les cœurs des chefs en faveur de notre groupe. Rouslane et moi, nous étions témoins de la vérification sur le point de contrôle. Les documents étaient en ordre. "Qu'est-ce qu'il y a dans ces boîtes ?" a demandé le contrôleur. Dans la déclaration il n'y avait rien à propos du contenu de ces boîtes. "C'est la littérature évangélique ! Je vais écrire dans la déclaration 2 boîtes de littérature !" a répondu l'officier qui nous accompagnait.

C'est la colonie où on purge sa peine pour la première fois. On le sent. Les gars veulent diriger leurs vies eux-même. Ils n'ont besoin d'aucune aide. On peut lire ça dans leurs yeux, leur conduite le fait voir. Mais Dieu connait le coeur de chaque personne, Il connait le coeur, Il sait toutes les pensées.

Après l'évangélisation l'officier nous a mené dans la salle à manger pour les officiers, il nous a servi le thé avec des brioches. On est étonné de ce que fait l'Amour. Où vous avez vu, qu'un officier serve le thé aux personnes qu'il voie pour la première fois ?! Loué soit Jésus !

Le samedi touche à sa fin. Nous allons à la maison. C'était le temps le plus beau pendant ces derniers 3 mois ! Je remercie Dieu pour cette possibilité de visiter 12 colonies de la région d'Arkhangelsk au cours de 6 jours seulement ! C'est formidable ! C'est une bénédiction !

Si tu fais semblant d'être chrétien, si tu as oublié ce que c'est la joie en Jésus Christ, si tu ne vois pas la vie dans ton cœur, si tu as oublié la joie de parler de Jésus, si tu mènes la vie religieuse, si tu en as assez que cette vie ne te donne ni joie, ni paix... alors tu dois changer ta vie, tu as besoin de l'intervention chirurgicale de notre Seigneur Jésus-Christ ! Demande que Dieu aie pitié de toi et permets-Lui d'intervenir dans ta vie ! Sinon, tu  décriras un cercle, tu mèneras une vie religieuse vide d'un dimanche à l'autre. Qu'est-ce que tu veux choisir aujourd'hui : la religion chrétienne ou Jésus Christ ? La mort ou la Vie ?

Retour