Aide aux réfugiés ukrainiens, partis en Russie

|   RUSSIE

Lettre d'informations sur l'aide apportée par les églises de Russie aux réfugiés ukrainiens, partis en Russie pour fuir les combats à l'est de l'Ukraine

                 

L'église russe du conseil des chrétiens évangélistes baptistes porte assistance aux réfugiés d’Ukraine

Chers amis, frères, sœurs,

Aujourd’hui toutes les agences d’information de Russie commencent leurs reportages par les évènements ayant lieu à l’Est de l’Ukraine. Ce jour, des milliers de réfugiés venant d’Ukraine ont été contraints de traverser les frontières de la fédération de Russie pour sauver leurs vies et celles de leurs enfants d’un affrontement armé incessant, des tirs et des raids aériens.

Aujourd’hui comme jamais l’expression russe « On reconnait ses amis dans le malheur » est d’actualité. Et, particulièrement en ces jours, Dieu nous donne la possibilité de témoigner de notre engagement chrétien en mettant en pratique les enseignements des évangiles ! Sœur Thérésa un jour a dit : « Si vos actions ne suivent pas les principes du Christ, alors agissez avec les mots ». Dieu, en nous mettant dans de telles situations, ne se trompe jamais. Un jour le Christ voyant une foule de 5000 personnes rassembla des gens autour de lui et leur dit « Donnez leur à manger ». La faim, la guerre, les inondations, les crises économiques, voilà la liste des problèmes qui secouent ce pays et ce continent. A travers les saintes écritures, notre Seigneur Jésus-Christ nous enseigne de ne pas avoir peur mais d’agir.

L’église du conseil russe des chrétiens évangélistes baptistes de la région de Rostov prend part actuellement à la résolution de ces problèmes et particulièrement à l’aide à apporter aux réfugiés d’Ukraine. Le pasteur de l’église principale du CEP de Taganrog Youri Vladimirovitch Snigeriov nous signale qu’il faut nous concentrer sur le sort des réfugiés.

Nous, les habitants de Taganroge de la Région de Rostov, ne nous attendions pas à nous heurter à une telle quantité de réfugiés venant de notre voisin ukrainien. Du fait que nous observons un grand nombre d’enfants parmi les réfugiés, notre église a décidé d’apporter notre obole pour leur rendre service. Dans ce but, nous avons visité un centre de repos et y avons trouvé pour l’heure des abris pour 500 personnes dont 270 enfants. Dans leur majorité, ce sont des habitants de Slaviansk, Donetsk et de la région de Lougansk. Nous avons élaboré pour les enfants un programme de jeux. Nous avons pris avec nous des aires de jeux et des toboggans gonflables, ainsi que des équipements sportifs et de divertissement. Nous avons également mis en place un atelier de travaux manuels.

Les enfants nous ont reçu avec joie et nous ont constamment demandé : « Et demain vous reviendrez ?», « Ce sera quand la prochaine fois ? ». Nous sommes resté toute la journée au camps avec les enfants et le soir nous leur avons montré la série de dessins animés « Super livre ». Au fil des jours, nous avons eu de nombreuses conversations personnelles avec les familles et leurs enfants. Leurs principales inquiétudes concernent le devenir de leurs proches qui sont restés.

Les problèmes les plus importants et urgents avec lesquels nous avons été confrontés sont les suivants :

  1. La jeune famille de Sergueï et de Evgunia de Lougansk. Ils ont deux enfants, Arsène (2 ans) et Bogdan (3 ans). Ils n’ont aucun moyen financier et souhaitent s’installer pour y vivre dans la fédération de Russie.
  2. Larissa, sœur aînée de sa famille, a emmené avec elle son frère de 3 ans, Dimitri, non voyant, et souhaite trouver des livres en braille pour lui apprendre à lire.
  3. Le point de vie temporaire a exprimer le besoin d’obtenir une trentaire d’assortiments de linge de lit. Mais leurs besoins les plus essentiels restent :
    • Du papier toilette
    • De la lessive en poudre
    • Du savon liquide
    • Des moyens d’hygiène personnelle pour les femmes et les enfants
    • De la nourriture pour enfants

Nous vous remercions et louons Dieu que vous preniez part à notre action. Que Dieu vous récompense de sa félicité.

 

Le pasteur Vitali Vlassenko de la commission du conseil russe des chrétiens évangélistes baptistes pour l’aide humanitaire aux réfugiés d’Ukraine.

Notre site internet

 

Commission du conseil russe des chrétiens évangélistes baptistes pour l’aide humanitaire aux réfugiés d’Ukraine

La direction du conseil russe des chrétiens évangélistes baptistes a formé une commission pour l’aide humanitaire aux réfugiés d’Ukraine

En lien avec le conflit durable et la croissance des effectifs de réfugiés venant du sud-est de l’Ukraine en direction de la Fédération de Russie, le conseil a formé une commission pour l’aide humanitaire aux réfugiés d’Ukraine Le Président qui a été nommé à la Direction de la commission est le Pasteur V.K.Vlasseko.

La commission s’occupe de réunir les moyens matériels et de coordonner l’aide humanitaire pour les réfugiés d’Ukraine.

Le pasteur en charge de la région de Rostov V.N. Drok se chargera de l’aide sur place et du placement des réfugiés dans la région de Rostov.

L'afflux de réfugiés en Russie s’accroît

La proposition d’apport d’aide aux enfants dans les camps de réfugiés à la frontière de la région de Rostov et de l’Ukraine a trouvé un écho favorable et un soutien opérationnel à l’état-major du Ministère de la fédération de Russie chargé de la défense des frontières.

Nous avons commencé par nous rendre dans un petit camp des environs de la ville.de Novochartiske. L’ensemble de notre équipe a été impressionné par l’ordre, le confort, et les soins apportés par les sauveteurs du Ministère dans la gestion de ce camp composé en tout de 700 personnes dont 350 enfants.

Dans les autres camps ce sont installés entre 2000 et 2500 personnes, bien que seules 500 à 600 places soient recensées. Cette installation est provisoire, plus tard, on organise le transport vers des destinations aux confins du pays et effectuons des trajets quotidiens à destination des autres régions de Russie.

La première étape est le YFMC – le contrôle des migrations, ensuite le personnel médical de Moscou procède à une veille sanitaire pour éviter la propagation des maladies et infections. Seulement après, les sauveteurs distribuent des bons d’alimentation pour trois rations. On les installe ensuite dans des tentes tenues par des cordeaux. Entre elles sont tendus des filets de camouflage.

Tout cela impressionne, les conditions sanitaires sont rustiques mais très convenables, elles incluent des douches et un bain traditionnel.

Les cuisines de campagne garantissent 3 rations de nourriture chaque jour.

Au centre du camp, un temple vide de l’église orthodoxe de Russie sous une tente

 
A l’intérieur un assortiment minimal d’icônes, les bougies ne brûlent pas pour ne pas risquer un incendie.

Les tentes pour les réfugiés de 14 places, des lits confortables, des matelas et du linge de lit propre. Les revêtement sont doublés, des moustiquaires sont disposées aux fenêtres qui s'ouvrent par de petits clapets. A la différence de ce que l’on trouve dans les autres camps, il y a, ici, encore des places de libre.

Un représentant d’une compagnie de téléphonie assure la connexion au réseau mobile.

Nos amis de Biélorussie « le détachement de travailleurs chrétiens » ont installé des aires de jeux et des toboggans gonflables,des tables et des couverts. Des concours, des victorines, des jeux sportifs sont organisés, personne ne peut rester indifférent. Tout à commencé avec les enfants puis les adultes se sont joins à eux sur l’aire de jeux improvisée. Les visages se sont apaisés et ils ont commencés à chanter des chansons chrétiennes aux enfants.

La télévision locale s’est déplacée et après le déjeuner, la direction du camp a été appelée à une conférence de presse par le service de presse du Ministère. La télévision locale « Don TR » et « Russie 24 » ont filmé les actions entreprises par les églises évangélistes baptistes de Novotcherkass et de Novochartinskaia. Au début de notre séjour, dans le camp de réfugiés, dans cette atmosphère d’affliction, d’inquiétude, de privations et d’incertitudes, ont fait irruption de jeunes et beaux baptistes aux grands sourires attrayants. Ils étaient habillés d’un maillot jaune sur lequel était brodé le logo du CTO, le détachement de travailleurs chrétiens

 

Les journalistes ont fait passer des interviews aux employés du camp et aux psychologues de l’état qui ont montré beaucoup de considération pour les méthodes de soutien psychologique des chrétiens.

 

Tout le monde a besoin d’aide. Mitia est une célébrité locale. Il porte une casquette de sauveteur dont on se demande bien d’où elle vient. Il n’arrive pas à cligner d’un œil et vérifie à deux fois sacs et colis. On dirait qu’un de ses yeux est fixé sur vous et que le deuxième est déjà dans votre sac. Il revient moins cher de le nourrir soi-même tout de suite..

 

A la fin de la journée, tous ont pu participer à un concours de talent où chacun pouvait interpréter sa chanson préférée.
La moitié des filles ont chanté à propos de leur école, s’inquiétant de savoir où elles étudieraient dans 2 semaines. Le groupe de l’église des chrétiens évangélistes baptistes de Novotcherkassi ont chanté des chants chrétiens. Tous ont surtout été touchés par la chanson « Maman prie pour moi ». Les sauveteurs n’ont pas été oubliés, on a interprété pour eux « Dieu te protège du vent de l’ouragan ». C’est une chance qu’il y ait à la fois des sauveteurs pour les corps et pour les esprits !

 

Peut-il y avoir une fête sans cadeaux ? Il y a eu des bananes et des jus de fruits pour tous les enfants et les adultes. Sur la gauche, un des sauveteurs, n’étant pas de garde, filme la fête.

 

Les services du camp fonctionnent en continu. Le personnel reste 24 heures sur 24. C’est surtout pendant la nuit qu’il est le plus facile de traverser le territoire ukrainien bombardé.

Méditations

Pendant la nuit, Paul eut une vision: un Macédonien lui apparut et lui fit cette prière: Passe en Macédoine, secours-nous ! (Actes 16 :9). Quand l’apparition du macédonien se présenta devant l’apôtre Paul, cela a changé le monde. Ecoutant la requête de cet homme, arrivant en Macédoine, Paul modifia ses plans. C’est là, en Macédoine, qu’il amena Lidia sur le chemin de Dieu. C’est là que commença la foi en Christ du monde occidental.

Tous les croyants doivent être prêts à l’apparition de l’homme de Macédoine. Cela peut-être un homme ou une femme. Il peut être bien ou mal éduqué. Il peut rouler en voiture ou être démuni trouvant sa nourriture dans les ordures. Il peut être votre voisin, vivre dans votre rue où loin au-delà des mers. Il peut parler n’importe quelle langue. Mais quelque soit la situation dans laquelle on le rencontre, il a une absolue nécessité de reconnaître en le Christ son sauveur. Parfois cette nécessité s’exprime par un cri de détresse. Dans d’autres cas, elle cache une soif obstinée du sauveur et de la bonne nouvelle.Très souvent ses péchés, erreurs et crimes expriment le désolation de sa situation. Mais, peu importe les milles formes que prennent sa demande, il ne dit toujours qu’une seule chose : Viens et aide nous. (Actes 16 :9).

Un jour ou l’autre, quelqu’un nous appelle à l’aide. Votre réponse sera t'elle prompte ? Accepterez-vous l’invitation du Christ. Ecouterez-vous Son conseil d’y aller ?

 

Besoin de prières

Nous vous demandons de prier :

  • Pour les cœurs sincères du personnel du ministère de la sécurité des frontière et des autres personnels de l’Etat pour l’accueil qu’ils font aux réfugiés et pour l’organisation de leurs déplacement. Les employés du camp ont, eux aussi, besoin de notre attention et de la bénédiction de Dieu.
  • Nous avons besoin d’une grande tente pour réunir les enfants. Dehors, il fait +37 à l’ombre et ils n’ont même pas de casquettes pour les protéger du soleil brulant.
  • Que l’équipe de Briansk qui est venue à notre aide soit bénie.
  • A la mobilisation des croyants locaux (et pas seulement locaux)

Bien sûr, je n’ai pas un tableau complet de l’état moral intérieur des réfugiés. Ils ont des racines et des comportements variés. Certains veulent s’installer en Russie et commencent à chercher du travail et travaillent. D’autres attendent simplement que la guerre se finisse pour rentrer à la maison. Mais il y a aussi ceux qui demandent des conditions particulières, des appartements, ce qui comprend de nouvelles affaires et du matériel de bureautique.

En tant que chrétiens, sommes appelés à prier et à répondre aux besoins sincères du peuple au sein duquel nous vivons. Il y a un grand besoin de prières :

  1. Pour les réfugiés eux-même, pour que ces changements brutaux réveillent en eux la quête de l'Eternel puisque tout, sur terre, n’est que provisoire. A leur recherche de Dieu, parce que même nos fonctionnaires font preuve d’une maigre dévotion. Un journaliste célèbre a été témoin d’une visite du métropolite de l’église russe orthodoxe dans un lieu ou se massent des immigrés. Tous les réfugiés posèrent au saint serviteur des questions uniquement d’ordre matériel, seul un petit garçon posa une question s’approchant au plus près du thème de la religion.
  2. Pour nos églises, afin qu’elles soient prêtes à se mettre au service des réfugiés dans leurs besoins les plus sincères, en leur témoignant de notre foi, de notre bonté et de notre bon sens. Pour qu’elles aident tous les réfugiés, mais, avant tout, ceux qui partagent notre foi.
  3. Pour les habitants de Russie, qui, pour les réfugiés, n’ont pas seulement déliés les cordons de leurs bourses, mais ont aussi ouverts leurs maisons. Par exemple, dans cette petite ville frontalière de Novochartinske, 700 familles ont accepté de loger chez elles des familles de migrants dans le besoin. Ces gens sont des exemples même pour les chrétiens. Pour qu’ils ne succombent pas à la tentation, à la provocation ou à la peur. Pour qu’avant tout, ils occupent leurs places dans les écoles, les hôpitaux, les entreprises Nous avons déjà eu ce genre d’épreuves dans notre pays.
  4. Aux pouvoirs publics de notre région,de nos villes et d’autres services, et particulièrement à celui du ministère de la protection des frontières qui ont pris part de façon spontanée au placement et à l’installation des réfugiés. C’est une grande tâche qui leur est tombée dessus inopinément en sus de leurs obligations habituelles.

Dieu aide chacun à être fidèle dans les petites choses et prenant part à l’hospitalité, il recevra des louanges de Dieu lui-même. (Matthieu 25 :34-40)

 

L’aide aux réfugiés d’Ukraine

Dans le courant de la semaine, les frères et les sœurs ont rassemblé des choses, des moyens financiers, des moyens d’hygiène personnelle pour porter assistance aux réfugiés d’Ukraine. Tout sera transmis aux serviteurs des églises locales à l’église évangélique de Touchinskaïa. A partir de ce point, l’argent et les affaires seront transférés aux services des églises de la région de Rostov qui ont organisé des refuges temporaires dans les lieux de prière pour les habitants d’Ukraine

 

Services sociaux

Les émigrés du sud est de l’Ukraine arrivent des environs de Zelenograd. Depuis le printemps, les adultes arrivent avec des enfants, les femmes arrivent avec des nourrissons. Des familles entières traversent la frontière, espérant se mettre à l’abri des opérations militaires et des conséquences de la confusion politique. Indépendamment des diverses évaluations de la situation qui circulent « là-bas » dans la société, « ici » cette évaluation est à sens unique, il faut fournir de l’aide et du soutien à ces réfugiés.

 

Nos voisins de la région de Moscou prennent part activement à l’accueil des migrants forcés originaires d’Ukraine : selon les dernières données du ministère de la protection des frontières dans les 12 points de rassemblement, se trouvent actuellement 382 personnes dont 163 enfants.

Dans le quartier de Solnetchnogorskom, le 10 juillet, se sont enregistrés 140 citoyens d’Ukraine dont 48 enfants. Leur nombre a doublé la semaine dernière. On leur fournit des produits, leur garantit des lieux de travail et d’assistance médicale. On cherche encore les lieux de placement pour ceux qui ne se sont pas installés chez des connaissances ou des proches. L’administration locale nous a informé que jusqu’à 370 personnes pourront mi-juillet, en payant, s’installer dans trois maisons de repos « Berezka », « Komponent » et « Spoutnik »

Dans un autre quartier voisin des environs de Zelenograd, à Dmitrovski un groupe spécialisé prend en charge les réfugiés qui prennent les vols réservés par le ministère de la protection des frontières. Les camps de réfugiés de Rostov sont déjà pleins. C’est pourquoi on envoie des réfugiés dans d’autres régions de Russie. La plupart du temps, ces réfugiés franchissement la frontière en n’emportant avec eux que le strict nécessaire et ont besoin d’une aide active pour obtenir un endroit où loger à Zelenograd, Andreevka et dans les autres points de peuplement à proximité.

 

«Nous aidons»

Comme souvent avant que l’aide officielle arrive à Zelenograd, des militants constitués en communauté informelle ont rapidement pris le cas à bras le corps. Un des réseau les plus importants a été mis en place par les parents d’élèves de l’école de Zelenograd à partir du réseau social Odnoklassniki (équivalent de « Copain d’avant »). Ce réseau a rapidement grandi et compte maintenant plus de 900 personnes. A Zelenograd les bénévoles soutiennent en permanence quelques familles ukrainiennes, s’occupent de l’approvisionnement et de la collecte d’affaires et de produits, surveillent les arrivées de nouveaux réfugiés et les demandes d’assistance.

 

Chers habitants de Tver !

 L’église « Nadejda » de la ville de Tver vous invite à prendre part à un acte de charité

Les réfugiés d'Ukraine.

Dans les bâtiments de l’église est organisé un point d’accueil et d’assistance :

  • Vêtements et chaussures (en particulier chaussures pour hommes)
  • Alimentation
  • Meubles, articles de ménage
  • Vaisselle, ustensiles de cuisine, produits chimiques ménagers (grande nécessité de pots, assiettes)
  • Des vêtements pour enfants, des jouets, de la nourriture
  • Moyens d'hygiène et plus

Nous avons des contacts personnels avec les réfugiés, les listes de leurs besoins et travaillons avec des bénévoles.

 

La région de Rostov

Vladimir Nikolaevitch Drok, pasteur principal de l’Association des églises baptistes de la région de Rostov et de Kalmoukie, nous parle de la participation à l’aide aux réfugiés d’Ukraine dans sa région.

Vladimir, nous avons dans la région de Rostov un grand nombre de réfugiés en provenance d’Ukraine. Nous savons que les organisations étatiques et non gouvernementales font de grands efforts pour les aider en matière de logement, pour répondre à leurs besoins alimentaires et les aider à trouver un emploi. Nos églises sont-elles impliquées dans cette aide et de quelle façon ?

Oui, bien sûr, nous, en tant que chrétiens, ne pouvons rester indifférents aux besoins des personnes qui se trouvent dans des situations difficiles. Les réfugiés s’installent chez des amis, des parents ou de simples connaissances. Des milliers de personnes vivent dans des camps dans la région de Rostov. Certains viennent pour attendre la fin des temps difficiles et, ceux dont les logements ont été détruits, où qui cèdent à la peur de l’inconnu veulent s’établir définitivement en Russie.

L’église de notre fraternité prend part dans une certaine mesure à combler les besoins de ces réfugiés. En plus de l’aide humanitaire matérielle : vêtements, chaussures, nourriture, nous offrons une variété de programmes et d’activités spirituelles et éducatives. Nous les installons dans nos maisons et, dans nos églises, vivent des familles entières de réfugiés. Dans le centre spirituel de notre association se trouvent actuellement 5 familles et nous avons accueilli plus de 20 personnes. Certains ayant été obligé de dormir sur le sol, nous avons acheté des matelas pour répondre à la situation. Les gens s’adresse à nous pour obtenir de l’aide et nous n’avons pas le droit de la leur refuser parce que le Christ nous a appelé et nous a choisi pour faire de bonnes actions. Notre motivation vient de notre Seigneur et nous faisons tout cela pour la Gloire de Son Saint Nom.

 

Dans ces lieux, ce sont des réfugiés croyants qui s’installent ?

Dans l’ensemble oui, ce sont des familles croyantes, mais on compte quelques incroyants au sein de ces familles également. Dans la région, nous avons beaucoup de point de vie temporaires dans des lieux privés, dans des centres de repos ou de loisirs, des hôtels, des sanatoriums. Beaucoup de volontaires apportent leur aide aux réfugiés.

Cela comprend nos jeunes chrétiens impliqués dans l’apport d’aide à ces familles. Le Seigneur nous appelle à aider les gens dans le besoin. Non seulement nous devons aider nos coreligionnaires, mais aussi tous ceux qui sont dans le besoin. Nous leur parlons de Dieu et les bénissons.

Par exemple, hier, dans l’un des points de vie temporaires, nous nous sommes adressés aux parents et aux enfants pour leur demander d’accueillir le Christ dans leurs cœurs, puisqu’il est le seul à même de mettre en ordre et d’organiser leurs vies. Nous encourageons les gens à s’assurer qu’ils ne soient pas en désaccord entre eux parce que le mal les détruits eux-même de l’intérieur. Nous avons distribué la Bible et des sacs de classe à plus de cinquante écoliers. Les enfants et les parents sont heureux et nous sommes heureux d’avoir pu les aider pour la Gloire du Seigneur. 

Retour